La cigale

Poème de Paul Arène (1843-1896)

Version originale :

Version remasterisée :

L’air est si chaud que la cigale,
La pauvre cigale frugale
Qui se régale de chansons,
Ne fait plus entendre les sons
De sa chansonnette inégale ;
Et, rêvant qu’elle agite encor
Ses petits tambourins de fée,
Sur l’écorce des pins,chauffée,
Où pleure une résine d’or,
Ivre de soleil,elle dort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *